Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 23:42

thiam_mairie.JPGSaïdou Thiam est militant de l'Alliance des Forces du Progrès (AFP) et candidat à la mairie de Ndioum en 2014. Journaliste free-lance, il est spécialiste des questions de coopération décentralisée.

 

Quelles sont les raisons de votre engagement pour le développement de la commune de Ndioum ?

 

Comme beaucoup de fils de Ndioum, cette partie du Sénégal m'a tout donné. Donc, il s'agit de redonner tout ce que j'ai pu obtenir depuis mon enfance. Chaque ressortissant de Ndioum tente, à sa manière, d'apporter une contribution pour le développement de cette commune. Depuis juin 2002, je réside partiellement en France, et j'essaie, à travers les possibilités qui s'offrent à moi, de participer à son rayonnement en s'appuyant sur des actions concrètes avec nos partenaires.

 

Quelles sont les actions menées depuis votre engagement ?

 

Avec nos partenaires, nous avons construit une case de santé à Ndioum Walo, nous avons rénové en 2005 le Centre de santé de Ndioum Diery, nous avons permis la création d'une quarantaine d'organisations type Gie et d'associations loi 1901, équiper 13 ASC à deux reprises, appuyer financièrement le jardin des femmes de Nianga, rénové la maternelle municipale... On a également reçu en France l'ancien maire Habibou Datt à deux reprises pour nouer des contacts, l'actuel maire à deux reprises pour un travail de partenariat. On a équipé le dispensaire d'une ambulance, une autre ambulance médicalisée avec trois (3) appareils générateurs de dialyses pour l'hopital régional va être acheminée dans les semaines qui viennent. Il s'y ajoute le démarrage des travaux de constrcution du siège de l'Association Maison pour un développement solidaire qui n'est rien qu'un réseau associatif citoyen qui souhaite contribuer au développement dans divers domaines de notre chère ville. Nous avons accueilli récemment au mois de mars, le Directeur de l'hôpital de Ndioum qui a pris contact avec ses collègues de Mantes, Nanterre et de la Clinique Sainte Marie à Cergy Pontoise. En novembre 2011, une caravane de santé est prévue. Toutes ces actions ne se seraient produites sans l'appui de la marraine de Ndioum, Me Heidi Rançon-Cavenel qui a accepté depuis 2003 d'accompagner nos concitoyens dans tous ces domaines précités.

 

Comptez-vous mettre à profit ces engagements pour aller à la conquête de la mairie en 2014 ?

 

Aujourd'hui, je n'ai aucune légitimité. En 2014, je serai candidat, mais cette candidature ne serait possible que par l'assentiment d'une bonne partie de la population. Il me semble qu'il y a un boulevard qui est là, c'est-à-dire la soif des populations de voir beaucoup de projets se réaliser. Mais également, je pense avoir le profil pour créer les conditions de mise à contribution des ressortssants ndioumois à Dakar comme à l'étranger. Je suis apte à conduire des changements véritables dans les domaines précités où j'ai montré mes compétences. En vérité, Ndioum est connu à l'échelle nationale et à travers le monde. Il s'agit de trouver une bonne équipe municipale pour capter ou émarger dans des programmes de développement national et international. Et dans ce secteur de la coopération internationale, mon expérience parle pour moi.

 

Pour résoudre les problèmes, il faut les identifier. De quoi souffre Ndioum aujourd'hui ?

 

La municipalité souffre d'un déficit organisationnel : la gestion des ordures ménagères, l'assainissment, les voieries, l'urbanisation, le reprofilage de la berge ...tout ça, on doit et on peut mieux faire que ce qui se passe actuellement. Les activités culturelles, l'état calamiteux des stades lié à la mauvaise gestion des sports sont une tragédie pour la jeunesse. Si je suis élu maire, je prends l'engagement de quitter définitivement la France et de me consacrer totalement au mandat que mes parents ont bien voulu me confier. Ce n'est plus possible d'avoir un maire et la moitié des élus vivant à Dakar le plus clair de leur temps. La gestion par pocuration, les Ndioumois ne la méritent pas.

 

Quels sont les remèdes que vous préconisez?

 

Je m'efforce présentement à faire quatre déplacements à Ndioum pour m'enquérir des préoccupations des populations et essayer de trouver des solutions aux difficultés rencontrées. Il s'agira de mettre au coeur du développement les NTIC et internet en premier. Créer des cyber centres dans les quartiers. Je vais me rapprocher de l'Institut de géographie de Paris en partenariat avec les services d'urbanisme pour avoir le plan directeur et d'amènagement de la commune. Le financement de tous ces projets va partir des possibilités nationales et des collectivités avec lesquelles je travaile depuis des années. Tous ces projets vont inéluctablement créer des emplois.

 

Quels sont vos projets dans le moyen et long terme ?

 

Vous avez raison de préciser moyen terme, car les populations n'en peuvent plus de ces promesses qui ne verront jamais le jour. Nous, c'est du concret. Après avoir ficelé le plan d'urbanisme et d'amènagement, nous allons construire un nouveau dispensaire, attaquer la rénovation complète du stade municipal. Nous allons construire un nouveau marché : l'actuel ne répond plus aux normes sécuritaires. Les questions environnementales seront au coeur de notre projet. Comme vous le savez, l'aspect écologique peut constituer un terreau fertile pour la coopération internationale. On va procéder à la rénovation complète de la salle des Fêtes, créer les conditions d'éclosion des talents des populations de Ndioum (artistes, artsians, sportifs...). Les femmes, les personnes handicapées occuperont une place spéciale dans notre programme et être ainsi en cohérence avec les idées de Moustapha Niasse. Ndioum tourne autour de 15 000 habitants, le tiers va à l'école. 60 % ont moins de 25 ans. On y compte un lycée, deux collèges, neuf écoles élémentaires, une maternelle. Une part importante du budget sera réservée à l'éducation. Pour tout dire, la préparation de l'avenir passe par la formation. Comme disait Malcolm X, « l'éducation est un passeport pour le futur et demain appartient à ceux qui se préparent aujoiurd'hui ». J'ai envie d'ajouter que mon projet s'appuie sur des valeurs de partage, de don de soi, d'humanisme, d'engagement, de solidarité...

 

 

Sûrement vous avez évoqué votre candidature avec Moustapha Niasse...

 

Depuis 12 ans, je suis dans l'opposition avec Niasse. Et en tant que républicain, cela ne m'a pas empêché de travailler avec l'institution municipale qui n'est pas du même bord politique que nous. Pour nous, le respect des règles et des lois républicaines doivent être de rigueur. L'Alliance des Forces du Progrès (AFP), à travers ma modeste personne, veut montrer le chemin à emprunter quand nous serons au pouvoir. J'ai une forte envie de participer à hisser Ndioum à l'échelle internationale, partant des idées de Senghor qui disait : « j'ai rêvé d'un monde de soleil dans la fraternité de mes frères aux yeux bleus ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Sammakka - dans Politique
commenter cet article

commentaires

ngam 22/04/2011 11:06


M Thiam est reconnu aux Mureaux pour son abnégation et son dévouement quotidien de longue au service des population défavorisées.Il travaille avec nous pour l'émergence d'un pôle dynamique
d'intégration des actions associatives du val de seine dans le cadre de la coopération décentralisée.Il est don un des membres fondateur du RACIVIS .Je peux témoigner de la réalité des projets
qu'il énumère et je crois qu'il peut apporter davantage à la ville de Ndioum et au Sénégal, même si nous ne nous situons pas au même bord politique.
Amadou Ngam Professeur Lettres Anglais Lycée
Président Section des Yvelines Dental Fuuta Tooro


Présentation

  • : Le blog de Sammakka
  • : Le blog www.infosdusud.com traite de l'actualité sénégalaise, africaine, de la diasporoa africaine en Europe, en Amérique du Nord, en Asie. Il diffuse des informations aussi bien sur la politique que la culture, société et les sports...
  • Contact

Recherche

Liens