Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 11:25

as.jpgN'en déplaisent aux féministes, Anne Sinclair inspire le respect : soutenir son mari quand tout fout le camp, par les temps qui courent, peu de femmes le font. Anne Sinclair (AS), c'est l'épouse comme il le faut. Celle qui ne quitte pas son mari au moindre point de friction, qui pense famille, enfants et petits-enfants avant tout. C'est l'As de coeur de DSK. Elle est riche et célèbre et a tout plaqué pour lui. Il faut le faire.

 

Pensant être le seul à voir en Anne Sinclair, une épouse d'un charisme et d'un courage exceptionnels, j'ai longtemps gardé ce sentiment pour moi. Jusqu'à ce témoignage d'un compatriote sénégalais établi en France sur Jeune Afrique n° 2636. Voici ce qu'écrit Bob E. Gomis sur JA à propos d'Anne Sinclair : « devant les caméras du monde entier, vous avez relevé la tête et vous vous êtes mise sans hésiter aux côtés de votre époux, en le soutenant et en lui apportant tout ce que vous avez dans ce monde (argent, amour, temps, attention...) ».

 

Mr Gomis ajoute, admiratif : « face à de telles accusations, l'attitude de certaines femmes aurait été le dégoût, l'abandon, la condamnation hâtive et la haine. Mais vous, vous avez mis en avant la compassion et l'envie de vous battre pour sauver votre couple ». Evoquant la « paole de Dieu », Bob Gomis conclut : « ...vous avez conscience que... l'amour couvre une multitude péchés. Votre conduite exemplaire est une aubaine dans ce monde où tant de couples volent en éclats pour un rien, et ou la fidélité, le pardon, ainsi que l'amour désintéressé, sont devenus des mots vides de sens ».

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 12:09

dsk.jpgQui l'eût cru ? Le big boss du Fonds Monétaire International (FMI) menotté comme un quidam sous les flashs de dizaines de photographes venus du monde entier. La scène, il est vrai, est d'une « cruauté insoutenable », selon les mots teintés d'émotion du maire socialiste Manuel Valls. Que reproche-t-on à Dominique Strauss-Kahn (DSK) ? La police new yorkaise (qui est différente du FBI) avec son « unité spéciale » dédiée aux affaires de viol, suspecte l'ancien éléphant du parti socialiste d'avoir « agressé sexuellement » une jeune femme de chambre dans un hôtel de New York, d'origine ouest-africaine. Elle se nommerait Nafissatou Diallo, selon la chaîne BFM TV.

 

Ses accusations sont-elles fondées ? Vraies ou pas, les USA et les pays anglo-saxons en général ont un système judiciaire différent des autres pays européens comme la France. Au pays de l'Oncle Sam, on protège plus la victime (la personne qui accuse) que le présumé coupable. Ce dernier doit apporter la preuve de son innocence. Et c'est là qu'interviennent les avocats, les uns plus tordus que les autres. Il est possible que DSK n'ait rien fait à cette jeune femme, c'est ce que pense son épouse Anne Sinclair.

 

Quoi qu'il en soit, c'en est fini de la carrière politique de l'ancien maire de Sarcelles (banlieue parisienne), lui qui ambitionnait sûrement d'occuper le fauteuil à l'Elysée, dort en prison. Il a à peine commencé à préparer sa défense outre-atlantique qu'une plainte l'attend en France pour une affaire similaire remontant au début des années 2000. A l'époque, la vitime française n'avait pas jugé bon de porter plainte. Et voilà que prise de remords, elle compte attaquer DSK. C'est ce qu'on appelle tirer sur une ambulance.

 

Y at-il complot contre le futur ex-patron du FMI ? En tout cas, tous ceux qui ont côtoyé DSK connaissaient son point faible. Et il est atteint en plein dans le mille dans un parfait timing politique. Sa chute ouvre de nombreuses perspectives à ses adversaires. Le présumé criminel est connu, mais à qui profite le crime en France ? Gauche, droite ou centre ? L'affaire n'a pas fini de révéler tous ses secrets.

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 06:39

ben-laden.jpgOussama Ben Laden "est mort", a annoncé le Président américain Barack Obama. L'information est reprise en boucle par les chaînes d'infos en continu, ce matin. Ben Laden, c'est l'homme qui a fait une entrée explosive dans le 21 ème siècle en commettant les attentats du 11 septembre 2001 qui ont traumatisé l'Amérique. Sur les images, on voyait déjà des Américains manifester leur joie devent les grilles de la Maison Blanche.

 

Pour la CIA, Ben LAden était le sponsor principal des actes terroristes à travers le monde contre les intérêts américains. Ben Laden est mort, mais ce n'est qu'une bataille gagnée vu qu 'Al Qaida s'est démultiplié en plusieurs branches et le Président américain l'a reconnu. Il redoute la réaction des sympathisants du "Cheikh Oussama" et personne ne sait ce que demain sera fait.

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 11:25

 

compaoreSelon le site jeuneafrique.com, des « tirs à l'arme lourde » ont été entendus hier vers 22h00 heures locales à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Il s'agit d'hommes « du régiment présidentiel...composé d'éléments les plus performants et les mieux payés » des militaires burkinabe. « Ils protesteraient contre le non versement d'une indemnité de logement » que leur avait promis le Président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987, grâce à un coup d'Etat dirigé contre son ami Thomas Sankara.

 

Et d'après le chaîne d'information en continu Itélé, Blaise Compaoré aurait fui vers son village natal. Il est clair que les coups de feu entendus ne sont pas très éloignés du palais présidentiel et que c'est mauvais signe pour un Chef de l'Etat de se sentir ainsi menacé par ceux là qui étaient censés le protéger. Toujours selon jeuneafrique.com, la mutinerie de la garde présidentielle commence à faire tâche d'huile, d'autre garnisons auraient rejoint le mouvement. Et pour ne rien arranger les choses, les étudiants aussi son en colère du fait de la mort de l'un des leurs lors d'une manifestation.

 

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 22:25

laurent-gbagbo-arrestation_articlephoto.jpg« Ouf, Gbagbo, c'est fini... A trop vouloir tout gagner, on risque de tout perdre ». C'est l'introduction du journaliste de la TCI qui annonçait l'arrestation de Laurent Gbagbo ce lundi 11 avril 2011 à Abidjan. C'est vrai, la capitale de la Côte d'Ivoire a connu des jours meilleurs, mais du fait de l'entêtement de Gbagbo à ne pas reconnaître sa défaite lors de la présidentielle du 28 novembre 2010 remportée par son rival Alassane Ouattara, Abidjan n'est qu'un champ de ruines.

 

Derrière chaque grand homme, il y a une grande femme, dit-on. Quid de Simone Gbagbo ? Peut-on dire que c'est une grande dame ? Pourquoi a-t-elle participé à mener son mari et leur pays à sa perte ? Les images sont terribles : Laurent Gbagbo, tutoyé par ses geôliers avec lesquels il est assis sur un même fauteuil, Simone, visiblement malmenée lors de l'arrestation, les cheveux défaits qui s'est murée dans un silence monacal, les yeux fermés, Michel, le fils métis de Gbagbo (dont la mère est française), torse nu et le corps ensanglanté, la vieille mère de Gbagbo, bousculée sans ménagement par une soldatesque avide de vengeance visiblement.

 

Le jeu en valait-il la chandelle ? « Tu peux duper quelques personnes quelque temps, mais tu ne peux pas duper tout le monde tout le temps », chantait, le compère de Marley, Peter Tosh. En 2000, Gbagbo, après avoir manigancé pour écarter Bédié et Ouattara de la course à la présidence, a roulé le Général Robert Gueï et a ramassé le pouvoir quasiment dans la rue. Et depuis, il n'a eu de cesse de reporter les élections jusqu'en 2010.

 

Après son arrestation, il semble bel et bien que le « boulanger » ait cuit sa dernière baguette. Il ne peut même pas compter sur son « Général de la rue », Charles Blé Goudé, qui arrêté avec lui, « a eu droit à une sévère correction », d'après le reporter de France 2 à Abidjan. Pour Gbagbo, c'est « game over », mais une nouvelle partie commence pour le Président Alassane Ouattara : réconcilier les Ivoiriens et redresser l'économie.

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 09:46

laurent_simone.jpgSur la chaîne d'infos en continu française Itélé, l'Ambassadeur de Côte d'Ivoire à Paris, Aly Coulibaly, a déclaré ce matin que : « Gbagbo veut mourir en héros ». Il ne lui reste que cette issue, vu le rapport de force. Il a ajouté : « j'ai appelé à Abidjan, on m'a dit que Gbagbo, sa femme Simone et leur pasteur sont entrain de prier, espérant que la situation va se retourner en leur faveur ».

 

Illuminés, se sentant investis d'une mission divine, les Gbagbo, «voulaient conduire le pays au chaos ». Le mensonge et la triche n'ont pas de jambes : ça ne marche pas. Cette maxime profondément africaine, Laurent Gbagbo n'est pas sans la savoir, lui qui se dit authentique fils d'Afrique (polygame, amateur de plats typiquement ivoiriens, parle le pidgin local, appelle les Européens les « Blancs »...).

 

C'est ainsi qu'il aimait se présenter devant les médias internationaux. Tout ça, par manque de fair-play. Il a accepté, après moult reports, l'organisation d'élections présidentielles qu'il a perdues. Laurent Gbagbo, l'opposant historique a manqué de discernement et a plongé son pays dans le chaos. Platon disait « on peut pardonner à un enfant la peur de l'obscurité, la vraie tragédie, c'est quand les hommes ont peur de la lumière ».

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 09:07

ci_onu.jpgLes troupes pro-Ouattara, le Président élu de la Côte d'Ivoire, contrôlent Yamoussokro, la capitale politique et administrative du pays. Situé au Nord d'Abidjan et au Centre-Sud du pays, c'est la quatrième ville la plus peuplée après Abidjan, Bouaké et Daloa. Laurent Gbagbo demande un « cessez-le-feu », l'ONU lui impose une nouvelle fois des sanctions, lui qui avait refusé de céder le fauteuil après sa défaite aux élections présidentielles.

 

Vu le scénario actuel de la situation au pays de la lagune Ebrié (Ouattara refusant une nouvelle médiation de l'Union africaine, Gbagbo armant des miliciens), l'issue de la crise ne se fera que par les armes. Un peu à cause la frilosité de l'ONU, de l'UA et de la Communauté internationale. Voici ce que nous écrvions le 22 février dernier, lors de l'apparition du « Commando Invisible » dans les rues d'Abobo.

 

A Abidjan, les soldats fidèles au camp Gbagbo sont la cible d'un « Commando Invisible » qui a riposté fermement aux nombreuses attaques et pressions des hommes du Président ivoirien sortant. Dans un communiqué rendu public aujourd'hui par Jeuneafrique.com, il est question de « 27 morts » chez les pro-Gbagbo. Le sang risque de couler énormément. Et le plus tragique dans cette affaire, c'est que tout le monde le sait...De même qu'il sait l'origine de l'essentiel des causes de ces affrontements.

 

Laurent Gbagbo a refusé le verdict des élections qui le donnaient perdant et n'a pas voulu céder le pouvoir comme le veulent les règles du jeu démocratique auquel il s'est soumis de son propre chef. Ce serait un comble que d'espérer de Alassane Ouattara, déclaré vainqueur, de faire profil bas, alors qu'il est le Président élu. On peut toujours discourir sur les dissensions entre Nord et Sud, « autochtones » et « étrangers », musulmans et chrétiens..., c'est une réalité. Mais à l'heure actuelle, tout ça n'est que de la poudre que le boulanger -surnom de Gbagbo- jette à la figure des gens pour faire diversion.

 

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont plusieurs fois investi les quartiers pro-RHDP (Rassemblement des Houphouettiste pour la Démocratie et la Paix) et mené des représailles. Maintenant, le « Commando Invisible » a riposté et attaqué les soldats restés fidèles à Gbagbo. Ne nous y trompons pas : c'est une guérilla urbaine certes, mais de réelles prémices d'une guerre civile qu'on redoutait.

 

Tandis que la Communauté Internationale, l'Union Africaine, la CEDEAO gesticulent, en prônant des menaces, des panels..., à Abidjan, les Ivoiriens s'entre-tuent. C'est un « mortal combat » auquel le monde assiste. Laurent Gbagbo ne lâchera pas le pouvoir, ADO encore moins. Une fois de plus, le représentant de l'Onu dans un pays africain risque de « serrer la main du diable », expression utilisée par le Général canadien Roméo Dallaire lors du génocide rwandais (1990-1994) lorsqu'il a assisté, impuissant, au massacre des Tutsis et Hutus modérés par les milices Interhawmées

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 09:00

2677202141_7fe0099038.jpgLa résolution 1973 du Conseil Général de l'ONU a été adoptée hier dans la soirée. Elle autorise des pays occidentaux tels que la France, la Grande-Bretagne et les USA à procéder à des « frappes ciblées » afin de clouer au sol les avions militaires libyens. C'est une véritable bouffée d'oxygène pour les insurgés qui se sont retranchés à Benghazi, ville toujours rebelle à l'autortié du Colonel Kadhafi.

 

Il était temps. La Communauté internationale, après moult hésitations, ne pouvait pas laisser « mourir » de la sorte les révoltes dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Ce serait un mauvais signal pour tous les peuples qui aspirent à vivre librement dans leurs pays. Et ce serait du pain béni pour les dictateurs ou les partisans de la dévolution monarchique du pouvoir dans les pays africains.

 

Si l'ONU avait agi de la sorte en Côte d'Ivoire, Gbagbo ne se serait pas accroché comme un forcené au pouvoir qu'il a démocratiquement perdu. La puissance ne respecte que la puissance. Souvenez-vous quand des avions militaires ivoiriens s'étaient attaqués aux militaires français : une réaction musclée de l'Opération Licorne avait réduit à néant les capacités militaires aériennes ivoiriennes...

 

Les Jeunes Patriotes, téléguidés par le régime de Gbagbo, se sont abstenus depuis lors de s'en prendre aux résidents français. Mieux vaut tard que jamais. Il faut que l'ONU montre aux yeux du monde qu'elle n'est pas qu'un « machin » plus prompt à « serrer la main du diable » qu'à secourir les populations civiles victimes de dirigeants sanguinaires et schizophréniques.

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 12:28

2568932204_de38f03cec.jpgA 69 ans, le Guide libyen est un véritable caméléon. Il a d'abord été putschiste en renversant le roi Idriss 1er en septembre 1969. Petit à petit, il s'est mué en révolutionnaire en prônant le panarabisme, en somme l'unité du monde arabe. Ensuite, on l'a soupçonné d'avoir flirté avec le terrorisme d'Etat en sponsorisant, comme on dirait dans le milieu du sport, des organisations extrémistes musulmans.

 

Cette attitude politique conduit à l'attentat de Lockerbie (Ecosse) de 1988. Le Colonel Kadhafi a toujours nié y être impliqué, mais les pays occidentaux sont d'un avis contraire, arguant qu'il y a, dans l'explosion de cet avion de la compagnie américaine Pan Am, la main des services secrets libyens. Après un long embargo international, le « Roi des rois traditionnels d'Afrique » consent à indemniser les familles des victimes pour retrouver les grâces de la Communauté Internationale.

 

Qui s'excuse s'accuse, dit-on. Mais le caméléon n'arrête pas de changer. En révolutionnaire et panafricaniste, il a touché le fond en devenant tout simplement une « balance », un traître. En 2003, il a ouvert les portes de ses installations nucléaires à l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et donné les noms de ses soutiens dans ses projets de conception d'armes nucléaires. Ce qui fera chuter Abdoul Kader Khan, le père de la bombe atomique pakistanaise.

 

Depuis quelques jours, en proie à un soulèvement populaire parti de la ville frondeuse de Benghazi, Kadhafi est entrain de montrer un nouveau visage : celui d'un dictateur sanguinaire qui massacre son peuple pour contenir les manifestants qui gagnent du terrain. Sa dernière trouvaille : la politique de la terreur pour conserver son pouvoir qui part en lambeaux chaque jour qui passe. Après Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, c'est au tour de Kadhafi de subir la contestation de la rue libyenne. Décidément, la météo n'est pas bonne pour les potentats maghrébins.

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 16:22

ci_massacre.jpgA Abidjan, les soldats fidèles au camp Gbagbo sont la cible d'un « Commando Invisible » qui a riposté fermement aux nombreuses attaques et pressions des hommes du Président ivoirien sortant. Dans un communiqué rendu public aujourd'hui par Jeuneafrique.com, il est question de « 27 morts » chez les pro-Gbagbo. Le sang risque de couler énormément.

 

Et le plus tragique dans cette affaire, c'est que tout le monde le sait...De même qu'il sait l'origine de l'essentiel des causes de ces affrontements. Laurent Gbagbo a refusé le verdict des élections qui le donnaient perdant et n'a pas voulu céder le pouvoir comme le veulent les règles du jeu démocratique auquel il s'est soumis de son propre chef. Ce serait un comble que d'espérer de Alassane Ouattara, déclaré vainqueur, de faire profil bas, alors qu'il est le Président élu.

 

On peut toujours discourir sur les dissensions entre Nord et Sud, « autochtones » et « étrangers », musulmans et chrétiens..., c'est une réalité. Mais à l'heure actuelle, tout ça n'est que de la poudre que le boulanger -surnom de Gbagbo- jette à la figure des gens pour faire diversion. Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont plusieurs fois investi les quartiers pro-RHDP (Rassemblement des Houphouettiste pour la Démocratie et la Paix) et mené des représailles. Maintenant, le « Commando Invisible » a riposté et attaqué les soldats restés fidèles à Gbagbo. Ne nous y trompons pas : c'est une guérilla urbaine certes, mais de réelles prémices d'une guerre civile qu'on redoutait.

 

Tandis que la Communauté Internationale, l'Union Africaine, la CEDEAO gesticulent, en prônant des menaces, des panels..., à Abidjan, les Ivoiriens s'entre-tuent. C'est un « mortal combat » auquel le monde assiste. Laurent Gbagbo ne lâchera pas le pouvoir, ADO encore moins. Une fois de plus, le représentant de l'Onu dans un pays africain risque de « serrer la main du diable », expression utilisée par le Général canadien Roméo Dallaire lors du génocide rwandais (1990-1994) lorsqu'il a assisté, impuissant, au massacre des Tutsis et Hutus modérés par les milices Interhawmées

Repost 0
Published by Sammakka - dans International
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sammakka
  • : Le blog www.infosdusud.com traite de l'actualité sénégalaise, africaine, de la diasporoa africaine en Europe, en Amérique du Nord, en Asie. Il diffuse des informations aussi bien sur la politique que la culture, société et les sports...
  • Contact

Recherche

Liens